Le zapping radio

On change un peu plus de poste sur le site du travail quoique l’action doit être autorisée par le groupe à l’écoute. Mais dans 80% des cas, c’est le patron qui décide. Pour ceux qui écoutent en travaillant seul, le zapping est encore plus élevé. Le royaume du zapping est la voiture. C’est facile et rapide.

Qu’est-ce qui pousse un auditeur radio à zapper ? Problème de pub, de musique et d’animation. C’est assez simple finalement et tout le monde le sait. Comme dans le sport, à deux équipes plus ou moins égales, c’est celle qui commet le moins d’erreurs qui gagnera. Le problème, c’est que l’on en parle rarement. À quand remonte la dernière stratégie qui s’attaque à ce genre de problème ?

Radiographie du zapping. Premier facteur de zapping, la publicité. Non pas la publicité pour la publicité mais sa qualité, son écriture, son message, sa réalisation, son débit, son ambiance et certainement sa quantité. À quel moment avons-nous atteint la limite de la durée d’un îlot commercial ? Parions que le zapping augmente progressivement au cours d’une interruption publicitaire. Il n’est pas instantané. La pub démarre et un petit groupe d’auditeurs nerveux se cassent. À chaque seconde qui suit, d’autres suivront comme les danseurs qui quittent le plancher parce que le DJ fait un trip perso. Les fidèles reviendront un peu plus tard, les occasionnels beaucoup plus tard. Tout cela, la radio et les annonceurs le savent, que voulez-vous y faire ? Vous n’allez tout de même pas réduire la quantité de pub comme ces grands opérateurs de radio américaine sont en voie de le faire. Vous n’allez tout de même pas exercer un contrôle de qualité sur la pub diffusée, cela serait un comble !

Dans la mesure où la radio est devenue assez prévisible, on sait quel est le genre de musique que telle ou telle station diffusera. Pas de surprise donc pas de zapping. Eh bien non, on s’en donne à cœur joie ! Pour toutes sortes de raisons. Trop d’intensité alors que je suis déjà très tendu, pas assez alors que je souhaite être énergisé. Fatigué d’entendre ce titre ou déstabilisé par une nouveauté sans intérêt. Soyons réalistes, la radio ne diffuse qu’une infime partie de la musique existante sur notre planète. Elle ne peut pas faire plaisir à tout le monde. C’est mathématiquement impossible. Elle ne peut que vérifier l’appréciation du public cible par la recherche. Vous ne voulez tout de même pas faire évoluer cette recherche vieille de 20 ans !

Autre facteur important de zapping, l’animation. Là, je ne comprends vraiment pas pourquoi les gens zappent.

Pourquoi abandonner une animatrice ou un animateur qui a mis des heures à préparer des interventions originales et intéressantes avec des accroches et des points de chute aussi variés qu’étonnants. Véritables bêtes de séduction, de chaleur, de connivence, d’innovation, machines d’ambiances et de plaisirs, modestes avec cela, les animateurs et les animatrices radio ne méritent pas ce geste injuste qui consiste à appuyer sur SCAN avant qu’ils aient fini de parler !