Travailler en écoutant la radio

Pourriez-vous diminuer le volume, j’ai de la difficulté à me concentrer ? Bien sûr, alors que puis-je faire pour vous ?

Personne ne se doutait que j’augmentais volontairement le volume de la radio dans mon bureau avant une rencontre avec un candidat(e) qui postulait pour un poste. Un test tout bête! Certains s’adressent à vous comme si ce n’était rien et saisissent très bien que je le fais exprès, que j’observe leur attitude, leur capacité de concentration. D’autres craquent au bout de quelques secondes et sollicitent le silence.

La radio est le média de l’audio. Si vous êtes déconcentré par le son de la radio, vaudrait mieux penser à faire un autre métier.

Comment peut-on travailler en radio sans l’écouter ? Alors que des millions de personnes l’écoutent en travaillant, il est surréaliste de constater que des spécialistes de la radio soient incapables de travailler en écoutant leur propre radio. Question de volume, c’est évident qu’il doit être ajusté selon la situation ou l’activité. Mais les radio-intolérants en font une question de principe. La radio doit être fermée pour qu’ils puissent se concentrer. C’est redoutablement agaçant !

Une lointaine expérience en 2002, à la CityRadio de Paris. Alors que les corridors qui menaient au plateau central étaient sonorisés au plafond, le son témoin des environs immédiats de la régie maître ne reposait que sur des haut-parleurs muraux en face de la porte d’entrée du studio et d’une chaîne HI FI installée sur un comptoir adjacent au studio. La plupart du temps, les haut-parleurs étaient tout simplement déconnectés. Inutile de les rebrancher et impossible de découvrir l’auteur du sabotage. Il restait la chaîne. Le seul fait de monter le volume pour suivre un bon moment de radio entraînait inévitablement une plainte d’un membre de l’équipe de rédaction situé un étage plus bas et dont l’espace ouvert communiquait avec la mezzanine où étaient situées les installations de la CityRadio. Comment peut-on rédiger un bulletin d’infos alors que l’on entend le son de la radio au-dessus de sa tête ?

Argument à ce point imparable que les radio-choses de cette station se déroulent mieux dans le silence !

De toute ma carrière, je garde un assez mauvais souvenir de cette catégorie de radio-intolérants minoritaires qui imposent le silence à une majorité qui se consacre à la création et à la réalisation du produit radiophonique et qui ne peut pas toujours l’écouter en temps réel. Que quelqu’un ait un problème intellectuel à ce que les toilettes soient sonorisées dans une radio, je veux bien, mais pour le reste, souhaitons que la radio à l’interne ne deviendra pas une bulle silencieuse incapable de se connecter aux bruits de la vie des gens.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.