Beau comme un camion

Périodiquement arrive le temps des lancements d’albums. À Montréal, ces événements ont lieu vers 17h. Rien à voir avec les horaires vespéraux des lancements à Paris.  À Montréal, pas de vin d’attente ni de cocktail dînatoire.

On entre, on reçoit un ou des billets (c’est selon) pour des consommations au bar, on jase avec les connaissances du microcosme et on assiste au showcase.

Que ce soit au Metropolis ou au Medley, tous les lancements se ressemblent sur un point. Il a toujours sur les lieux, une ou plusieurs camionnettes (selon l’importance du lancement) identifiées aux couleurs des radios. Contrairement aux véhicules de la télé, les camionnettes radio ne sont pas requises pour le transport de matériel technique ou pour la retransmission. Elles sont là, c’est tout. Avec de beaux drapeaux qui flottent au vent lorsqu’il y en a!

On ne se doute pas de l’importance du camion au Québec. Presque toutes les radios jouent avec des camions et pas juste les gars ! L’ambiance est plus saine que pendant la fameuse guerre des camions au début des années 80. À cette époque, on ne rigolait pas avec les camions. Prenons ce certain matin de sondages heureux. La radio CKOI a rassemblé sa flotte de camions pour défier son concurrent direct. Le défilé est passé en boucle au bas de l’immeuble CKMF avec concert de klaxons et signes avec les doigts comme on en voit dans les films. Vilain, très vilain !

C’est pratique un camion. Bien identifié, le véhicule envoie un beau signe à la population. Nous sommes présents dans votre ville, dit le camion aux couleurs flamboyantes. On peut aussi y transporter quelques autocollants ou affiches pour marquer le territoire d’un événement culturel ou commercial. Regarde, il y le camion RadioWow devant notre magasin de meubles préféré !

À Paris, ce ne sont pas les véhicules identifiés qui manquent mais on ne les voit généralement que stationnés dans le parking des radios.  Rarement sur la route, sauf aux heures de pointe, permettant ainsi aux employés privilégiés de se rendre à leur travail ou d’en revenir. De toute façon, ce ne sont pas quelques véhicules aux couleurs des radios, stationnés devant un théâtre lors d’un lancement qui pourraient faire la différence à Paris.  Trop de théâtres, trop de monde, trop de lancements. On ne les remarquerait pas plus que les cyclomoteurs de Pizza Domino ou les camionnettes Darty.

À Montréal, c’est plus petit. On est fier de son camion, Car il faut le savoir, chaque camion a son conducteur. Personnalité souriante (il envoie la main comme une duchesse au défilé du carnaval de Québec et ce, beau temps mauvais temps), poli (il ne coupe jamais une voiture sur la route, cède le passage, courtoisie à toute épreuve), patient (il peut faire le tour du quartier pendant 3 heures avant de pouvoir se garer devant le théâtre), serviable (il peut aller chercher le patron à l’aéroport lorsqu’il a trop de bagages), combatif (il sait gueuler plus fort que le conducteur d’un camion du compétiteur pour protéger son territoire).

Un type bien, et beau comme son camion !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.