La confiance en soi, une caractéristique des pros de la radio

Elle joue un rôle important dans leur détermination, qualité essentielle pour évoluer dans ce métier et, comme le déclare Howard Stern , pour affronter les managers de la radio.

Les animateurs professionnels n’échappent pas aux conséquences de l’excès. La peur de l’échec bloque ceux qui n’ont pas suffisamment d’assurance. La dévastation psychologique attaque ceux qui en ont trop. Le meilleur niveau semble se loger dans le réalisme, du moins une bonne évaluation de la réalité. L’assurance dépend donc de l’expérience, du travail et de l’entraînement. Les animateurs qui ont de l’assurance savent habituellement se dresser des objectifs précis et atteignables liés à une bonne analyse de la situation. À cela, ajoutons quelques caractéristiques:

  • Ils n’essaient pas de contrôler les autres, ils essaient de se contrôler eux-mêmes.
  • Ils ne construisent pas leur évolution sur les faiblesses des autres.
  • Ils ne critiquent pas à moins d’être assurés de la confiance des autres en leur habilité.

Bref, l’assurance se compose de petites choses qui font une grande différence dans l’attitude que les animateurs professionnels manifestent à l’égard des autres. La synergie d’une équipe radio dépend du relationnel entre tous les membres qui la constituent. Sachant que le rôle des animateurs est abstrait, que cette particularité engendre l’ambiguïté, il est donc naturel de saisir que la bonne entente est liée à leur comportement avec le reste de l’équipe.

Le relationnel

Les pros ne sous-estiment pas le travail de leurs collègues. Ils ne connaissent généralement pas les tâches et les méthodes de travail des gens qu’ils côtoient occasionnellement. Les horaires et les conditions de travail ne sont pas les mêmes. Mais leur statut particulier n’est pas un obstacle avec leur démarche ouverte vers une équipe. Ils ne sont pas totalement désintéressés car ils savent que:

  • Chacun en connaît légèrement ou beaucoup plus qu’eux dans leur secteur d’activités spécifiques, et cela ils veulent le découvrir.
  • Certains sont plus intelligents, plus créatifs, plus cultivés qu’eux, et cela peut leur être avantageux.
  • La bonne entente est moins stressante que les relations tendues.
  • Un collègue maltraité a la possibilité de limiter au minimum sa collaboration.
  • Mais ils sont évidemment conscients que la générosité intellectuelle contribue à leur assurance. Alors ils s’intéressent aux autres en sachant que de cette manière, ils se font plus d’alliés. Ils sont attentifs aux petits détails, aimables et sensibles.